News de la BEA

BEA: Les joies de la ferme

Les animaux sont aussi indissociables de la BEA que les arbres de la forêt. Très prisés des petits comme des grands visiteurs, les organisateurs sont conscients de leur responsabilité. Beat Berchtold, vétérinaire de la BEA, s’occupe notamment de leur bien-être. Jetons, en sa compagnie, un coup d’œil dans les coulisses.

 

BEA: Comment devient-on vétérinaire officiel de la BEA?

On m’a demandé si cette mission pouvait m’intéresser. Ensuite, la direction du salon BEA m’a choisi à l’issue d’un court processus de sélection.

 

Combien de fois avez-vous exercé cette fonction à la BEA?

Ma première BEA a eu lieu en 2015. Je participe donc cette année pour la cinquième fois.

 

Comment se déroule une journée typique à la BEA?

Le matin, je vais voir tous les animaux et j’échange avec les soigneurs. J’examine et je soigne les animaux malades ou présentant une anomalie. Le cas échéant, je prends naturellement les mesures nécessaires. Il est également important de prendre le petit-déjeuner avec toute l’équipe de l’étable surtout lorsqu’on commence tôt le matin. Toute la journée, je suis joignable pour les urgences et présent sur le salon si besoin. Une fois que les visiteurs ont quitté les chapiteaux, je fais une dernière tournée des animaux et j’examine si nécessaire les animaux suspects. Je suis joignable la nuit et me rends aussi rapidement que possible sur place en cas d’urgence.

 

De combien d’animaux avez-vous la responsabilité?

Beaucoup. (dit-il en souriant) Il s’agit d’environ 100 vaches et veaux, de 40 moutons et chèvres, de 3 truies accompagnées de leurs porcelets et d’un verrat. Viennent s’ajouter à cela de nombreux oiseaux exotiques, des poules et des canards, une quinzaine de lapins et enfin 60 chevaux. Et enfin ceux qu’on appelle les «résidents journaliers» – qui arrivent le matin avec leurs propriétaires et repartent le soir.

 

À quoi accordez-vous de l’importance lorsque vous vous occupez des animaux?

Lors de l’examen et du traitement, je reste calme, concentré et je me concentre sur les particularités des différentes espèces.

 

Quels sont les maladies ou les problèmes les plus fréquents?

Chez les chevaux, ce sont principalement de petites blessures cutanées et des coliques. Dans le cas de vaches, il s’agit plutôt d’inflammations des pis et de la langue pour les veaux. En règle générale, je me réjouis de constater que j’ai dû traiter très peu d’animaux jusqu’à ce jour. Selon moi, la santé des animaux est très bonne à la BEA.

 

Y a-t-il un moment précis dont vous gardez un souvenir particulier?

Oh, il y en a beaucoup. Ce sont surtout de nombreuses petites histoires que j’ai vécues avec les propriétaires et leurs animaux.